HISTOIRE DE L?IMPLANTOLOGIE

HISTOIRE DE L?IMPLANTOLOGIE

 

Robert GAUTHIER

Docteur en Sciences Odontologiques 

 

1.                INTRODUCTION

 

Ce polycopi?? ne pr?tend ?tre ni un m?moire, ni une th?se d'histoire. De m?me ne se propose-t-elle pas de dresser une liste exhaustive de tous les implants fabriqu?s depuis les temps lointains de la pr?histoire jusqu'? nos jours. Ensuite, elle ne consiste pas non plus en une fastidieuse ?num?ration bibliographique o? ne figuraient que des noms, prestigieux sans doute, d'hier et l'Implantologie requiert n?cessairement la contribution d'une chronologie historique, autrement dit, d'un devenir simplement envisag?e dans ses grandes lignes pour mettre en valeur la port?e heuristique des travaux les plus marquants des pr?curseurs qui ont contribu? au d?veloppement de l'implantologie.

Les deux premi?res articulations ?voquent les tentatives de ces pionniers, au cours de la pr?histoire et la poursuite de ces essais pendant la Renaissance. A partir des dix-septi?me et dix-huiti?me si?cles se d?veloppe dans les sciences une exigence affirm?e de rationalit? qui prend naissance dans la physique de NEWTON. Ce grand nom associ? ? ceux de COPERNIC?et de DESCARTES?contribue ? la mise en place de ce que HEIDEGER?appellera "le projet math?matique de la nature" qui bouleverse progressivement non seulement l'esprit des d?marches scientifiques mais les mentalit?s en devenant "la philosophie de notre temps".

L'implantologie, ? son tour, n'a pas ?chapp? aux exigences de rationalit? d'une m?thodologie qu'elle partage avec les autres sciences. Illustre cette d?marche, la troisi?me articulation qui rassemble en outre quelques-unes des tentatives les plus rigoureuses et les plus convaincantes effectu?es par ceux qui, ? bon droit, sont consid?r?s comme les pionniers de l'implantologie moderne.

Pour parvenir ? ce niveau de haute pr?cision qu'elle revendique l?gitimement aujourd'hui, l'implantologie a d? dans le pass? surmonter des fortunes diverses, suscitant tout uniment des engouements et des d?couragements. Il faut rappeler que l'histoire de la pens?e scientifique en g?n?ral et a fortiori de l'Implantologie n'est nullement lin?aire. D?s ses balbutiements lointains, l'implantologie d?ploie une temporalit? au cheminement heurt?, brusqu?, trou? de discontinuit?s surgies au hasard d'exp?rimentations d?cousues. Il n'y a l? rien de surprenant. "Scientifiquement, on pense le vrai comme rectification historique d'une longue erreur" puisque "l'essence m?me de la r?flexion est de comprendre ce que l'on n'a pas compris", d?clare avec force Gaston BACHELARD.

Conform?ment ? cette affirmation, la d?marche laborieuse de l'erreur vers les v?rit?s toujours en instance de rectification transpara?t ?galement tout au long du devenir plusieurs fois s?culaire de l'Implantologie.

 

2.                PREHISTOIRE, ANTIQUITE et MOYEN AGE

 

Il est permis d'imaginer que victime de l'expulsion d'une dent lors d'un combat, l'homme a eu tr?s t?t l'instinct de ramasser la dent et de la repositionner imm?diatement? dans son alv?ole.

Ce geste se retrouve dans les peuplades primitives d'aujourd'hui.

 

 

2.1.        ?LE NEOLITHIQUE

1Cr?ne troph? de Fa?d Souar II

Le maxillaire pr?sent? appartient? au cr?ne troph?e de Fa?d Souar II. [i]

La proth?se dentaire unitaire que porte le maxillaire droit est? jusqu'ici seul connu sur un cr?ne pr? ou protohistorique.

Il provient de Fa?d Souar II, situ?e sur la commune de Canrobert ? 70 km environ au sud-est de Constantine (aujourd'hui Qacentina). Il a ?t? d?couvert en 1954, par G.LAPLACE. Ce dernier le remit au Professeur VALLOIS?qui en fit para?tre l'?tude en 1971. L'industrie capsienne, (en accord avec des datations au carbone 14 effectu?es sur des sites voisins) permet de consid?rer ce cr?ne, et par cons?quent la dent proth?tique, comme dat?s d'environ 7 000 ans BP. [ii] (Before Present).

Les Iberomaures pratiquaient l'avulsion des incisives sup?rieures, les Capsiens pratiquaient aussi celle des incisives inf?rieures comme en t?moigne la mandibule qui accompagnait ce cr?ne.

LE CR?NE

Selon H.V. VALLOIS, le cr?ne appartenait ? un sujet ?g? de 18 ? 25 ans, de sexe f?minin probablement et d'affinit? m?diterran?enne. Il avait ?t? sectionn? pour ?tre transform? en masque ou troph?e, comme en t?moignent les deux trous de suspension, situ?s lat?ralement ? la partie post?ro-inf?rieure des pari?taux, et l'ablation de toute la r?gion occipitale. Ce cr?ne avait subi en outre, l'avulsion de quatre incisives selon une pratique tr?s fr?quente en Afrique du Nord et bien connue par exemple chez les hommes d'Afalou-bou-Rhummel.

LA? PSEUDO-IMPLANTO-PROTHESE DENTAIRE

La seconde pr?molaire sup?rieure droite a ?t? remplac?e par un "pseudo-?l?ment" dentaire. Une effraction de la face externe du maxillaire au-dessus du rebord alv?olaire en regard de cette dent montre une cavit? creus?e dans l'os et sans aucun doute d'origine pathologique.Tout laisse ? penser que cette seconde pr?molaire avait pr?sent?e une p?riodontite apicale aigu? ou chronique, secondaire ? une gangr?ne pulpaire. Il s'agit donc vraisemblablement d'une l?sion granulomateuse ou kystique s'?tant ext?rioris?e vestibulairement.

L'orifice ovalaire est trop grand pour n'?tre qu'un orifice fistulaire mais ne semble pas avoir ?t? agrandi post-mortem. Il est probable que la perte de la pr?molaire soit due ? la pr?sence de cet abc?s.

Les raisons de la restauration proth?tique restent inconnues. Cette derni?re ? ?t? fabriqu?e ? partir d'un os. Tout porte ? croire qu'il s'agit d'une phalange.

Rappelons qu'? cette ?poque, si l'instrumentation ?tait uniquement compos?e de pierres taill?es, elle ?tait malgr? tout tr?s vari?e (burins, grattoirs, couteaux, per?oirs, m?ches de for?ts, scal?nes, etc.).

En vue vestibulaire, le travail de l'artiste est ?tonnant; tout comme l'id?e de remplacer une dent lat?rale absente par un mat?riau autre que la dent.

La phalange a ?t? sculpt?e et polie. Elle est car?n?e, galb?e, r?tr?cie au collet ce qui lui donne l'aspect d'une couronne dentaire semblable aux dents voisines. Par ailleurs, elle est appoint?e vers l'apex qui est taill? en biseau.

Sa face occlusale est arrondie, en massue et sur la face linguale, le tissu spongieux est apparent gr?ce ? une petite fracture du bord occluso-lingual.

Cette pi?ce mesure environ 18 mm de hauteur totale dont 6 sont ? l'int?rieur de l'alv?ole, avec laquelle elle forme un solide assemblage, l'ajustage ?tant quasi parfait. La phalange embo?t?e, fich?e, comme un clou ou une cheville dedans l'os maxillaire r?alisant ainsi une "gomphose".

Son ?paisseur vestibulo-linguale correspond ? peu pr?s ? une demi dent, si bien que, par la partie palatine de l'alv?ole largement ouverte, l'on aper?oit parfaitement la pseudo-racine. Il n'existe pas de tissu cicatriciel osseux comblant ce vide radiculaire. A part un petit ?clat vestibulaire ( qui peut ?tre post mortem), le rebord alv?olaire ne montre aucun remaniement osseux, ni atrophie, ce qui laisse ? penser que la restauration a ?t? faite tr?s peu de temps apr?s la perte de la dent naturelle.

Cette proth?se dentaire consid?r?e comme la plus ancienne connue ? ce jour n'a peut-?tre pas ?t? fonctionnelle.

Tout porte ? croire qu'elle a ?t? effectu?e ? la mort du sujet mais ceci ne remet nullement? en question le moment de son ex?cution (7 000 ans BP.).En effet, elle ne porte aucune trace d'usure et d?passe l?g?rement le niveau des dents voisines. Sur les photographies de la mandibule, il existe des dents antagonistes. Par ailleurs, son ajustage est si parfait qu?il nous semble impossible que cette proth?se ait ?t? ex?cut?e, en bouche, du vivant du sujet. Mais ce n'est qu'une hypoth?se!

En fait, cet ?l?ment proth?tique r?alise un implant en os, endo-alv?olaire. Il est solidement fix? et totalement immobile et l'?tait lors de la mise au jour du cr?ne, comme l'avait remarqu? H.V. VALLOIS[iii]. Il ne s'agit donc pas d'un collage r?cent.

La radiographie montre, par ailleurs, une telle contigu?t? entre la paroi alv?olaire radiculaire et la "pseudo-racine" qu'il est possible d'envisager que la cicatrisation par ost?ogen?se le long de trois faces seulement de cette pseudo-racine ait r?alis? une v?ritable attache par soudure ou ankylose alv?olo-implantaire de type "pleurodonte" La tomodensitom?trie (scanner) ?claircira peut-?tre ce probl?me.

Imaginons donc un instant que cette restauration ait ?t? bien ex?cut?e sur ce "Capsien" vivant encore, par un confr?re d'alors, les tentatives de greffes osseuses ou d'implantologie auraient 7 000 ans !

 

2.2.        ?L'EGYPTE

 

Le papyrus d'EBERS[iv], 1550 avant J.C conserv? ? l'universit? de LEIPZIG propose une m?thode pour traiter une dent sur le point de tomber.

?BROWN note qu'il "n'y a pas de preuves, restes ou ?crits indiscutables que les anciens ?gyptiens aient pratiqu? l'art dentaire ou la ligature des dents perdues : la seule application de ce dernier proc?d? trouv? en Egypte est sa description dans un ?crit romain du premier si?cle apr?s J.C".

2.3.        ?LA PHENICIE

2D?couverte du Docteur GAILLARDOT

En 1864, RENANErreur : source de la r?f?rence non trouv?e cite la d?couverte de son assistant : le docteur GAILLARDOT[v] (1841) qui trouva dans une n?cropole? une pi?ce dont les deux canines ?taient r?unies par des fils d'or . Les deux incisives appartenaient ? un autre individu. Cette pi?ce est? au mus?e du Louvre.[vi]

2.4.        ?LA GRECE

HIPPOCRATE?Erreur : source de la r?f?rence non trouv?eErreur : source de la r?f?rence non trouv?epr?conise dans le cas de fracture du maxillaire de remettre en place les dents d?plac?es et de les ligaturer.

3Ligature de dents selon HIPPOCRATE

2.5.        ?LES ETRUSQUES

4Syst?me ?trusque d'Implantologie selon SANDHAUS

La dent ajust?e au tiers alv?olaire, model?e et bloqu?e par un anneau d'or retenu sur les dents naturelles, est celle d'un veau.(mus?e CORNETTO, Italie) Erreur : source de la r?f?rence non trouv?e

2.6.        ?LES ARABES

ABULCASIS[vii] utilise le proc?d? de la ligature au fil d'or et d'argent pour remplacer ou fixer les dents d?s qu'il s'agit de les transplanter.

L'habile chirurgien reconstitue les dents en sculptant des morceaux d'os de boeuf. ABULCASIS ?crit : "on peut mettre en place une ou deux dents tomb?es et consolid?es et elles se maintiendront, mais pour cela, il faut une main l?g?re et exerc?e et les consolider au fil d'or ou d'argent. On les remplace aussi quelquefois par des morceaux d'os de boeuf taill?s en forme de dents et assujetties comme je viens de le dire".

Depuis GALIEN?les dentistes, pensent que dents et os sont la m?me chose.

2.7.        ?L'EPOQUE PRECOLOMBIENNE EN AMERIQUE

En 1893, ANDREWSErreur : source de la r?f?rence non trouv?e? signale une pierre noire rempla?ant une incisive lat?rale gauche provenant des fouilles de COPAN? (Honduras). A ce sujet, M. JEANNERET?souligne que cette pierre ?g?e de 1000 ans environ, "ench?ss?e" dans l'alv?ole, sans aucun ?l?ment de soutien, avait ?t? mise en place du vivant du porteur, ainsi que le prouve un important d?p?t de tartre". Cette dent se trouve au "PEABODY MUSEUM" de l'Universit? de HARVARD. A cette ?poque, on tentait de modeler des dents taill?es dans la pierre.

 

3.                DE LA RENAISSANCE A LA NAISSANCE DE L'IMPLANTOLOGIE MODERNE

 

3.1.        LA RENAISSANCE

En 1582, FORET dentiste hollandais recommande une subluxation ?nergique ?quivalente ? une r?implantation suite ? une avulsion pour calmer les douleurs dentaires.

En 1545, R.W.HERMANN??chirurgien de Francfort, fait l'une des premi?res communications sur les m?thodes et les techniques implant?es.

En 1557, M. de CARTILLO??obture une fissure palatine avec une plaque d'or. Sous le r?gne de Fran?ois 1er et Henri II, RIOLON??crit : "les dents sont des os en leur esp?ce".

En 1560, Ambroise PAREErreur : source de la r?f?rence non trouv?e d?crit la transplantation et la r?implantation dans l'un de ses trait?s.

En 1575, Ambroise PARE[viii] parle de transplantation et cite:? Une princesse qui s??tait fait arracher une dent, s?en fit remettre une aussit?t d?une sienne demoiselle, laquelle reprit et devint solide comme auparavant?.

En 1582,Ambroise PARE?(1517-1590) publie "De plusieurs indispositions qui adviennent aux dents". IL est le plus grand chirurgien barbier d'Europe.

Il parle, selon? Samy SANDHAUS, d'un premier implant r?alis? en France aux environs de 1500.

Les dents avuls?s lors de fractures des maxillaires doivent ?tre r?implant?es et fix?es sur place par un fil d'or ou de lin jusqu'? formation d'un cal solide.

3.2.        ?LE? XVIIe SIECLE

En 1615, L.GUYON?dans "Le miroir de la beaut? et de la sant? du corps" signale qu'il faut remplacer imm?diatement dans son alv?ole une dent et l'attacher avec un petit fil ? la dent voisine.

En 1633, DUPONT?dentiste de Louis XIII publie "De la greffe dentaire" et? recommande l'extraction et la r?implantation imm?diate des dents dans la th?rapeutique des odontalgies. Il est le premier ? effectuer l'op?ration avulsion et r?implantation dans le cas du traitement d'une dent pathologique.

En 1649, SCHEARMMER?plombe les dents avant de les r?implanter.

3.3.        ?LE XVIIIe SIECLE

Le Si?cle des Lumi?res marque la naissance de l'odontologie et de la stomatologie.

5Observations de Pierre FAUCHARD

Pierre FAUCHARD[ix]? (1678-1761) prescrit de "ne jamais arracher et jeter une dent qui vacille. Il faut, poursuit-il, d'abord l'enlever, puis la limer un peu ? la racine, l'obturer avec du plomb ou des feuilles d'or et la replacer dans son alv?ole, en ayant soin de la ligaturer aux voisines avec du fil d'or ou de soie".

Ce pionnier de la dentisterie formule les cinq observations dans l'ordre suivant :

??????????? 1-1721? : Observation sur la dent cari?e de Mr Le FORT

??????????? 2-1725 :? Observation sur la dent cari?e de la fille a?n?e de Mr TRIBUOT;

??????????? 3-1727 :? Observation sur la dent cari?e de Mlle LAROCHE;

??????????? 4-1722 :? Observation sur la dent cari?e de la fille cadette de Mr TRIBUOT;

??????????? 5-1715 : Observation sue la sensibilit? d'une dent ?trang?re plac?e dans????????????????????????????????? une autre bouche.

Evidemment, selon Pierre FAUCHARD, la r?implantation est la m?thode pour rendre une dent insensible sans obturer les canaux radiculaires.

Giovanni? MURATORI?fait une ?tude historique de 1746 ? 1776.

En 1755, des op?rations de r?implantation et transplantation sont d?crites par LECLUSE?[x] qui? extrait la dent sans soigner la carie, et proc?de ? une r?implantation.

En 1756, et en 1769, P.PFAFT?(1716-1780) dentiste de Fr?d?ric le Grand et BERNT?utilisent respectivement la m?me pratique.

A cette ?poque, les transplantations sont devenues des op?rations tr?s communes". Claude MOUTON(mort en 1780)? et R.BUNON??sont cit?s comme "implanteurs tr?s actifs". O.LEDAIN??effectue une transplantation m?tallique pour remplacer une partie de mandibule. DUVAL?a la sagesse d'obturer le canal avec les feuilles d'or ou de plomb avant de r?implanter.

En 1755, P.ROUX?fait une ?tude sur les diff?rents m?taux en vue de la fixation de fractures des maxillaires.

En 1769, NORMANSEL??et, en 1776 FENDALL??pr?nent eux aussi la r?implantation.

6Travaux de John HUNTER

En 1771, John HUNTERErreur : source de la r?f?rence non trouv?e / [xi]? dans "The Natural History of the Human Teeth "transplante la dent saine d'une personne vivante dans la cr?te d'un coq. Quelques? mois apr?s, le coq est tu? et John HUNTER?remarque que la dent est fix?e au tissu et la circulation? sanguine r?tablie. Ce praticien consid?re toujours la dent comme un os plant? dans un autre os.

En 1780 John HUNTER?r?alise r?implantations et transplantations.

En 1780, L.LECLUSE??obture avec du plomb des molaires extraites. Il aurait fait 300 op?rations la m?me ann?e.

J.J. LEMAIRE, New York et ? Philadelphie pratique 123 op?rations. Nous ignorons si toutes furent couronn?es de succ?s.

En 1781, JULLION??est favorable ? la r?implantation et ? la transplantation.

En 1786, B.BOURDET ,(1722-1789) dans son livre "Recherches et observations sur l'art du dentiste", publie quatre observations. Les dents sont plomb?es hors de la bouche sans traitement canalaire et r?implant?es. Il faut des sujets en bonne sant? (savoyard ou autres).

3.4.        LE XIXe SIECLE

transplantation. et r?implantation de dents

Au sujet de la transplantation, L. LAFORGUE?(1763-1823)? ?crit : "Les petits ramoneurs ? Paris sont ordinairement d'excellente sant?, la pauvret? et l'ignorance du prix de leurs dents les portent ? se les laisser arracher pour de l'argent. S'il y a probit? chez les dentistes, ils n'entreprennent point ces op?rations. Ils ?vitent les mutilations dont la justice devrait les punir"[xii]. Rappelons-nous Fantine dans "Les mis?rables".

Jusqu'en 1809, il n'?tait gu?re envisag? que la transplantation des dents du m?me patient.

7Implant de MAGGIOLO?selon SANDHAUS

En 1807, lors de la parution de son livre:? L?art du dentiste?, MAGGIOLO?d?crit l'implantation d'une dent avec l'alliage d'or ? 18 carats.

En 1821, J.FOX?soutient que l'articulation de la dent dans le maxillaire est comme celle du clou enfonc? dans une planche. Ceci se nomme la "gomphose". Cette erreur se produit lorsqu'on parle l'implant bloqu? dans l'os.

En 1827, J.GARDETTE??publie le premier essai sur la r?implantation et la transplantation.

 

L'implantation de dents

En 1856, J. YOUNGER??de San Francisco r?alise la premi?re vraie implantation : op?ration qui consiste ? creuser un alv?ole dans le maxillaire : soit ? la place o? il s'en trouvait un autre que le temps a fait dispara?tre, soit dans une partie vierge n'ayant jamais eu de dent. Il utilise des dents naturelles. Il transplante une canine sup?rieure en position incluse.

En 1865, MAGITOT[xiii]??pr?sente un m?moire sur la r?implantation et la greffe par restitution. Il aura (en 1882) 8 insucc?s sur 117 cas de r?implantations.

En 1879, Il publie "De la greffe chirurgicale dans ses applications ? la th?rapeutique des l?sions de l'appareil dentaire".

En 1875, John YOUNGER, le premier ouvre un n?oalv?ole artificiel avec un tr?pan.

En 1879, E.MAGITOT??publie "De la greffe chirurgicale dans ses applications ? la th?rapeutique des l?sions de l'appareil dentaire". Il est classique d'appeler "op?ration de MAGITOT" les implantations de dents.

En 1886, L.FREDEL [xiv]fait une ?tude sur la greffe dentaire.

En 1909, G.MAHE[xv][xvi]? d?clare : "on dirait que, aussi paradoxal que cela puisse sembler, si, exp?rimentalement, la r?implantation rapide d'une dent vivante est ?videmment l'op?ration qui seule assure des chances de restitution ad integrum, par contre, dans la pratique, l'implantation d'une dent certainement d?pourvue de toute trace de vie latente serait le moyen le plus s?r d'obtenir un r?sultat satisfaisant".

 

Figure 1

Figure 2

Figure 3

 

 

Figure 4

?

Figure 5

?

Figure 6

Figure 7

?

Figure 8

?

Figure 9

??

Figure 10

Figure 11

Figure 12

Figure 13

Figure 14

Figure 15

Figure 16

Figure 17

Figure 18

Figure 19

Figure 20

Figure 21

 

 

 

Les implantations d'implants

En 1804, Ch. BELL??tudie les r?actions tissulaires ? divers m?taux.

En 1885, WAISSER??r?alise des implantations avec des racines en porcelaine.

En 1886, HAUSMAN?r?duit et maintient des fractures, gr?ce ? une plaque en m?tal inoxydable et des vis de fixation.

En 1887, HARRIS??implante une dent en porcelaine sur une racine en pl?tre recouverte de plomb.

En 1889, FRANTZEN??invente des racines en Cellulo?d. Il est suivi par FRANCK [xvii]dans ses essais.

ZNAMENSKI??implante sur le chien de la porcelaine et du caoutchouc. C'est un succ?s. Mais, ce qui est valable sur le chien est, sur l'homme, un ?chec.

Figure 22 Implant de HILLISHER selon SANDHAUS

En 1891, HILLISCHER??[xviii]fabrique des implants en platine et en or qu'il place dans un alv?ole imm?diatement apr?s l'avulsion pour augmenter la r?tention

De1891 ? 1894 le platine et l'or sont utilis?s par LEWIS, D'EWARDT, et BONWILL.

3.5.        LE XXe SIECLE

Les Implants Racines

Divers mat?riaux furent pr?n?s: les m?taux pr?cieux, l'or, le caoutchouc, l'ivoire, le platine, le platine iridi?, les aciers inoxydables ainsi que le vitalium.

Vers 1900 BERR??cherche selon la tendance de l'?poque ? implanter des dents dont les racines sont en m?taux pr?cieux.

En 1901, PAYNE??pr?sente une communication sur la mise en place de racines en or sur une proth?se compl?te.

En 1906, HENTZE??implante pour 3 mois une racine en porcelaine et, pour 2 ans, une racine en caoutchouc.

 

En 1920, BRICKE??visse une racine d'ivoire dans un alv?ole qu'il fore lui-m?me.

En 1928, MEISSNER?"enclave" des dents artificielles dans un pertuis creus? dans l'alv?ole dentaire.

8Implant de DAG?selon SANDHAUS

En 1933, DAG signale l'existence d'un bridge inf?rieur ? cinq ?l?ments dont le pilier post?rieur est une racine en or ? 22 carats, en forme de vis ? bois. Ce dispositif est port? pendant 10 ans.

En 1937, WUHRMANN?r?alise un pilier de bridge ayant une forme de cage en platine.

9Implant de STROCK?en Vitalium

En 1939, apparaissent les aciers inoxydables et stellites. Les fr?res STROCK[xix] / [xx] de Boston utilisent les vis en vitallium. E.STROCK ALVIN?souligne l'importance de l'occlusion.

H.HELD?r?alise cinq interventions avec un implant BRILL ? Gen?ve. L'implant BRILL comprend des racines en porcelaine dont la terminaison apicale est en forme de bouton. Ses conclusions d?montrent que cet implant doit ?tre unique et associ? ? une autre dent.

En 1943 ,Alvin E STROCK[xxi]??et? Moses STROCK?du Laboratoire chirurgical de l'?cole de m?decine de Harvard sont les pionniers de cette m?thode.

10Implant de STROCK

Etudiant les divers mat?riaux, les forces bio-m?caniques, ils r?alisent des implantations unitaires viss?es.

Ils d?montrent par ailleurs qu'il est pr?f?rable d'utiliser un m?tal biologiquement compatible comme le vitallium plut?t que des m?taux pr?cieux.

3.5.2.Les Implants d?montables

En 1913, E.GREENFIELD[xxii]?(Mounting for artificial teeth US Patent Office Serial n? 478,360, patented Dec 14,1909[xxiii])[xxiv] utilise une racine artificielle en forme de petite cage fen?tr?e en treillis m?tallique de platine iridi?. L'alv?ole n'est pas creus? mais le tr?pan ?vide une tranch?e circulaire au milieu de laquelle l'os est intact. L'ensemble est form? de 4 ?chelles. La dent est cisel?e dans un espace en forme de queue d'hirondelle.

Ces travaux durent 7 ans avant d'?tre pr?sent?s ? l'Acad?mie de Stomatologie de Philadelphie.

11GREENFIELD?E- J? :

 

3.5.3.Les Implants a racine extensible

12Implant de LEGER DOREZ

En 1920, LEGER DOREZ??dans son "Trait? de proth?ses dentaires"[xxv] parle, sans aucun doute pour la premi?re fois, d'implants ? racines extensibles. Cette expression d?signe un tube d'or fendu ? l'une de ses extr?mit?s, pouvant ?tre dilat? par une petite cage conique, attir? vers l'autre extr?mit?, par une vis. L'armature intra-osseuse supporte une dent artificielle scell?e sur elle, le tissu osseux ne pouvant p?n?trer dans l'implant.

A Le piton avant sa mise en place;

B? L'?crou destin? ? p?n?trer entre les valves et destin? ? les ?carter;

C Vis de rappel destin?e ? l'?crou;

Le m?me dispositif a ?t? introduit dans une cavit? creus?e dans le rempart alv?olaire. Gr?ce ? l'action de la vis l'?crou remonte et les valves se sont ?cart?es;

D assemblage en forme de queue d'aronde de la racine artificielle et d'une couronne postiche.

LEGER DOREZ?divise les implantations en 2 classes :

Implantation de dents naturelles;

Implantation alloplastique.

En 1925, l'utilisation de divers mat?riaux : or, ivoire, m?taux pr?cieux, devient courante.

En 1928 ,MEISSNER?"enclave" des dents artificielles dans un pertuis creus? dans l'alv?ole dentaire.

En 1937, SCHNEIDER??cr?e le premier implant d?montable. Il utilise une racine en ivoire avec un tube en or qu'il implante et suture. Cinq ? huit semaines plus tard, il place la dent ? tenon.

En juin1937, WUHRMANN[xxvi] publie dans le num?ro 12 de la "Zeitschrift f?r Stomatologie" les d?marches d'un proc?d? qui s'apparente grandement ? celui de GREENFIELDS. Il souhaite soustraire? durant un temps appr?ciable le dispositif inclus dans le tissu osseux ? l'action du milieu buccal.

13Implant de WUHRMANN

Il utilise un ch?ssis m?tallique en platine iridi?, qu'il ins?re sous anesth?sie locale. Apr?s une attente de quelques mois, le dispositif est superficiellement d?couvert afin qu'il soit annex? une supra-structure qui correspondra ? la couronne artificielle.

3.5.4.Les implants juxta-osseux

En 1927, un chirurgien am?ricain r?alise les premi?res implantations m?talliques sous p?rioste avec un implant platine.

 

4.                LE DEBUT DE L'IMPLANTOLOGIE MODERNE

 

Comme Georges BOY?[xxvii]/, nous pr?sentons les implants historiques jusqu'en 1984. date de la pr?sentation du Diskimplant

Ceux ci repr?sentent l'implantologie nostalgique o? le dentiste ?tait ? la fois le concepteur de l'implant, le chirurgien, le responsable de la proth?se. L'op?ration s'effectuait sans caution universitaire. Le responsable ?tait consid?r? comme un marginal.

C'est gr?ce ? son travail, aux t?tonnements de toute nouvelle science, aux "erreurs surmont?es" qu'aujourd'hui l'implantologie est devenue une part enti?re de la dentisterie.

Actuellement, ces Implants ne sont plus gu?re ins?r?s sans modifications de leurs formes historiques primitives. Ils ont subi de nombreuses am?liorations. Certains ont disparu.

4.1.        Les transplantations

En 1949, VAN DER GHINST[xxviii], fait le point sur ces techniques.

Suite ? une expulsion de la dents apr?s un traumatisme, il conseille de la replacer in situ.

Si l'alv?ole est en voie de cicatrisation, il faut refaire une alv?ole sous anesth?sie.

Suite a une dent infect?e , il conseille l'avulsion, le nettoyage au s?rum physiologique de l'alv?ole avant de traiter et repositionner la dent.

4.2.        Les implants juxta-osseux

                        ?

L'implantologie juxta-osseuse[xxix] / [xxx] a connu un tr?s grand succ?s jusqu'? l'arriv?e des premiers implants endo-osseux.

DAHL[xxxi]?est le premier ? penser une structure juxta-osseuse et non plus endo-osseuse.

14Implant maxillaire sup?rieur de DAHL

 

En 1942, G DAHLErreur : source de la r?f?rence non trouv?e cr?e le premier implant juxta-osseux de conception moderne. Il s'agit d'une simple barre en Stellite avec quatre tiges ( deux tiges canines et deux tiges molaires perforant la gencive et supportant une proth?se totale.)

15Implant mandibulaire de DAHL

?

 

 

 

Le m?me proc?d? sera utilis? plus tard pour la mandibule. Le mat?riau employ? est alors le vitallium.

 

En 1948, N GOLDBERG?et A GERSHKOFF[xxxii]?d?crivent le premier implant juxta-osseux en vitellium. Les empreintes sont de banales empreintes des muqueuses gingivales et des t?l?radiographies permettent de modifier les mod?les. Ils rapportent trois cas ex?cut?s.

En 1950, BERMAN?scinde l'op?ration en deux temps: empreinte osseuse et pose. Il d?montre ?galement que les vis d'ancrage ne sont pas indispensables pour la tenue de l'implant.

En 1952, I LEW[xxxiii]/ [xxxiv]/ [xxxv]ex?cute la premi?re grille du maxillaire sup?rieur avec vis.

Figure 23

16Implant? juxta-osseux br?silien

En 1953, B BELLO[xxxvi] et AREAL?(Br?sil), pr?sentent des implants ? barre m?tallique aplaties et larges qui s'?tendent profond?ment du c?t? vestibulaire et lingual.

Figure 24

17Juxta-osseux de MARZIANI?1950

La m?thode personnelle d'intervention rapide de L MARZIANI[xxxvii]/ Erreur : source de la r?f?rence non trouv?e/ Erreur : source de la r?f?rence non trouv?eet BORGHESIO?utilise une grille pr?fabriqu?e ? mailles de tantale qui est estamp?e jusqu'? une adaptation aussi parfaite que faire ce peut. Pour ?viter la d?formation de cet implant en tantale, celui ci est tremp? dans du t?trachlorure de carbone.

Les tiges sont ins?r?es par un ing?nieux syst?me de fixation.

Figure 25

?

 

Figure 26

18Proth?se enclav?e de Pierre FERREOL

 

Les deux cas pr?sent?s de proth?se enclav?e de Pierre FERREOL?se sont sold?s par des ?checs. Erreur : source de la r?f?rence non trouv?e

Figure 27 Implant de FLOHR

FLOHR[xxxviii]/Erreur : source de la r?f?rence non trouv?e, apr?s empreinte muqueuse, estampe un implant comportant deux post viss?s.

Par tunnellisation et deux incisions perpendiculaires ? la cr?te, l'implant est mis en place.

Figure 28? Implant de MARTIN DU GRADY

MARTIN DU GRADYErreur : source de la r?f?rence non trouv?e, quant ? lui, r?alise l'insertion de petites griffes dans l'os gr?ce ? une pince et un implant pr?fabriqu?.

19Implant de SABRAS MAGITTO1960

 

SABRAS MAGITTO?1960Erreur : source de la r?f?rence non trouv?e r?alise la r?tention des implants juxta-osseux gr?ce ? des vis et des encoches.

 

20Grille Juxta-osseuse de SOL?et SALAGARAY?(1960)

 

En 1960, Maurice PELLETIERErreur : source de la r?f?rence non trouv?e d?crit un implant juxta osseux complet en titane, form? de deux attelles? en fer ? cheval dispos?es concentriquement et qui sont destin?es ? circonscrire ? distance la cr?te maxillaire.. Les attelles sont r?unies par quatre entretoises deux canines et deux molaires.

De chacune des entretoises sort une tige perpendiculaire.

L'os est mis ? nu et quatre encoches sont r?alis?es pour les quatre entretoises.

Figure 29? Implant digital? de CHERCHEVE1977

 

 

 

 

 

 

Figure 30 digital? de CHERCHEVE

 

Figure 31 digitale CHERCHEVE

 

Figure 32 digitale CHERCHEVE

 

 

 

Rapha?l CHERCHEVEErreur : source de la r?f?rence non trouv?e renonce ? ins?rer des implants dans les r?gions post?rieures. Il renonce aussi aux tranch?es dans l'os et aux vis. La diminution du volume est compens?e par la recherche des irr?gularit?s qu'offre le massif osseux dans sa disposition verticale et par l'exploration maximum de toutes les r?tentions.

 

Figure 33? Implant de LINKOW?

LINKOW?ne recherche pas non plus d'appui dans les zones molaires mais au niveau de la symphyse et? au niveau de la branche montante.[xxxix]

Cet implant est ins?r? d'une seule partie.

 

 

4.3.        Les implants endo-osseux

?       Devant la complexit? de la classification, due ? la multiplicit? des implants, nous ?tudierons ceux ci suivant le crit?re principal de leur forme et des crit?res secondaires du mat?riau utilis?, de leur consistance, de leur enfouissement.

?       selon leurs formes :?????????

?       vis,

?       aiguilles,

?       cylindres,

?       lames.

?       selon le mat?riau :?????????

?       tantale ou titane,

?       Stellite,

?       c?ramique,

?       autres Carbone-carbone, TCP, C?ramique vitreuse.

?       selon la consistance :?????

?       plein,

?       creux.

?       selon qu'ils soient enfouis ou non .

Nous indiquerons pour chaque type d'implant ces quatre caract?ristiques.

Historiquement , l'engouement apr?s les juxta-osseux s'est port? sur les vis spiral?es, puis pleines, puis sur les aiguilles, puis sur le CBS, sur l'implant cylindrique enfoui puis sur les lames.

4.3.1.Les implants viss?s non enfouis

4.3.1.1.  Les implants creux

fortuitement naissance ? la suite d'une extraction. M. FORMIGGINI?laisse une m?che iodoform?e dans l'alv?ole. Quelques semaines apr?s, la m?che est tr?s difficile ? extraire. L'os se reforme autour de la m?che. Le praticien op?re son premier cas en 1943. Apr?s la guerre se produit la dispersion de sa client?le.

M. FORMIGGINIErreur : source de la r?f?rence non trouv?e est un pr?curseur. Ses travaux prennent

Figure 34? Implant de FORMIGGINI

 

FORMIGGINI [xl]/[xli]/[xlii] cr?e une vis originale en acier inoxydable vide int?rieurement.? Le 27 f?vrier 1947, il pr?sente sa premi?re conf?rence ? Milan. Le fa?onnement artisanal de sa vis et le taraudage ne sont par reproductibles. Aujourd'hui, forage, taraudage et? vissage sont faits de mani?re harmonieuse et calibr?e.

Figure 35? Implant Spiral? de CHERCHEVE

 

Figure 36 spiral? de CHERCHEVE

Spiral? Unitaire

 

Figure 37 Spiral? controle

Figure 38

 

Figure 39

Figure 40

Figure 41

Figure 42

Figure 43

Figure 44

 

Figure 45

Figure 46

Figure 47

Figure 48

Figure 49

Figure 50

Figure 51 soixante et un mois apres tartre

 

Spiaral? intermerdiaire

Figure 52

Figure 53

Figure 54

Figure 55

Figure 56

Figure 57

Figure 58

Spiral? terminal

Figure 59 avant

 

Figure 60 apres

 

Figure 61 deux ans apres

Figure 62

Figure 63

Rapha?l CHERCHEVEErreur : source de la r?f?rence non trouv?e modifie l'implant de FORMIGGINI et r?alise une double spirale h?lico?dale d?s 1962.Du tissu conjonctif se forme ? l'int?rieur de l'h?lice. Cet implant est d'abord en chrome cobalt, puis en titane.

 

 

 

 

 

Figure 64? Implant de MURATORI

MURATORI r?alise en Italie un implant avec un tenon filet? ? l'int?rieur qui permet de fixer une superstructure facile ? d?poser.

Figure 65? Implant de PERON ANDRES

PERON ANDRES?fa?onne la spire dont les deux extr?mit?s sont coul?es dans un moignon en Vitallium.

En 1964, L?onard LINKOW?cr?e le "Vent-Plant-First" "Self-Tapping Implant" qui autorise l'ossification ? l'int?rieur de l'Implant.

4.3.1.2.  ?Les implants m?talliques

4.3.1.2.1.En Tantale

Le syst?me d'implantation de la? vis h?lico?dale en tantale de HEINRICH?est parfaitement codifi? . [xliii]

Il comprend un pr?-foret ex?cut? en forme de pointe , suivi du pr?-foret ex?cution cylindrique, suivi du pr?-taraud et des tarauds.

Figure 66Tarauds de HEINRICH

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21Implants Unitaire de HEINRICH

 

 

 

 

 

 

Figure 67? Cl? ? cliquet, cl?s digitales et prolongateur de HEINRICH

Il existait 16 vis :

les 5 petites vis en tantale de 4 ? 8 spires,

les 5 vis moyennes en tantale de 4 ? 8 spires,

les 6 grandes vis en tantale de 3 ? 8 spires.

Le syst?me comprenant plusieurs clefs digitales, des clefs ? mains, des clefs ? cliquets avec trois prolongateurs, peut ?tre rendu compatible avec les autres types de trousses d'implants vis vendus dans le commerce.

 

Cas cliniques

Implant unitaire toujours un ?chec

Figure 68

Figure 69

 

Figure 70

 

Figure 71

Figure 72

Figure 73

Implant interm?diaire

 

Figure 74

Figure 75

Figure 76

Figure 77

 

Implantation en extension ant?rieure

Figure 78

Figure 79

 

Figure 80

Figure 81

 

Figure 82

Figure 83

Figure 84

Figure 85

Figure 86

Implantation post?rieure

Figure 87

 

Figure 88

Figure 89

Autre cas

 

Figure 90

Figure 91

Figure 92

Figure 93

Figure 94

Autre cas

Figure 95

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 

Figure 96

 
 
 
4.3.1.2.2.En Titane

Les implants vis en titane non enfouis. [xliv]

 

Implant Cr?te mince

Figure 97? Implant Cr?te Mince de CHERCHEVE

 

 

Figure 98

Figure 99

Figure 100

Figure 101

Figure 102

Figure 103

Figure 104

Figure 105

Figure 106

Figure 107

Figure 108

 

Figure 109

 

Figure 110

Implant de Garbaccio

Figure 111??? Implant bi-cortical de GARBACCIO

L'implant de Dino GARBACCIO[xlv] / [xlvi]est?? taraudant. Des encoches remontent le mat?riel osseux. L'appui est bi-cortical. La "porte d'entr?e" de l'implant est plus ?troite que le corps de l'implant.

 

Exemple

Figure 112

Figure 113

Figure 114

Figure 115

 

Figure 116

 

 

 

22Vis endo-osseuse autofilet?e de TRAMONTE?en titane

TRAMONTE?aussi a cr?? un implant identique ? celui de HEINRICH?autotaraudant mais en titane[xlvii] / [xlviii].

 

4.3.1.3.  Les implants non m?talliques

En 1953, FLOHR?met au point une instrumentation et une technique pour visser dans le maxillaire une racine en acryle supportant une dent proth?tique.

 

SANDHAUS? pr?sente une casuistique de vingt cas avec l'implant porcelaine CBS

Figure 117? Implant de SANDHAUS

 

 

Implant de SANDHAUS

Figure 118

Figure 119

Figure 120

Figure 121

Figure 122

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 123? Implant de BICORTEX de TEXIER[xlix]

Le principe de cet implant est celui de l'appui bi-cortical: appui cortical profond et appui cortical superficiel.

C'est un cylindre de 4mm de diam?tre. La t?te a des rainures de stabilisation.

Le f?t est constitu? d'un col avec virole supra osseuse, d'un c?ne endo-osseux pour une stabilisation par premi?re intention et fermeture de l'espace p?ri-implantaire. Sa longueur est de 8,5 ? 19 mm.

La s?rie comprend 9 implants de 1,3 mm de progression.

Figure 124? Implant de T?BINGEN.

Figure 125? Implant Carbone vitrifi?

Figure 126? Implant de TCP. 1981

Le principe? de cet implant ?tait triple.

enfouissement de l'implant

rupture des forces occlusales gr?ce ? un amortisseur en t?flon.

union entre le phosphate de l'os et? celui de l'implant

Figure 127? Implant BIOLOX

R?alis? en 1978, il s'agit d'un implant "Gros Implant Harpon" en c?ramique aluminium pure.

4.3.2.les implants aiguilles

Figure 128? Implant Aiguilles

En novembre 1961, Jacques SCIALOM a l'id?e d'utiliser des implants tr?s fins , autoforants et de les placer en tr?pied afin de solidariser leurs t?tes selon le principe du fixateur externe de GINESTET?

La premi?re implantation fut faite en d?cembre 1961.

Le succ?s commercial fut imm?diat. Les implants aiguilles furent positionn?s n'importe o?, dans n'importe quelles positions.

Les ?checs cliniques furent tr?s nombreux, car les indications ?taient mal pos?es.

Cette m?thode presque compl?tement abandonn?e en France, est utilis?e ? bon escient ? l'?tranger.

 

Figure 129? Implant Aiguille avec porte Implant et contre-angle r?ducteur

 



Figure 130? Implant de BORDRON?

BORDRON fore deux puits parall?les dans l'os gr?ce ? des instruments calibr?s. Son implant a l'avantage de s?parer l'axe de la proth?se de celui de l'implant.

23Implant b?quill? de BENOIST

4.3.3.Les Implants Cylindriques enfouis.

En 1957,BENHA?M[l] reprend l'id?e de GREENFIELDS

24Implant de BENHA?M

BENHA?M?conclut ? l'?chec de sa technique.

25Implant et coiffes de BENHA?M

26Le "ITI HOLLOW CYLINDER SYSTEM" (1983)

27Implant de BRANEMARK.?(1986)

Cette technique est publi?e le 30 janvier 1986 dans l'Information dentaire

Nous comprenons mieux les quatre premi?res erreurs de BRANEMARK.

Les bridges en extension ne sont pas proph?tiquement valables.

Les implants transfixiants? la mandibule se sont toujours sold?s par des ?checs.

Les proth?ses sur pilotis ne sont pas acceptables esth?tiquement.

Les indications anatomiques de ces implants sont tr?s limit?es

Malgr? cela, ce sera un important succ?s commercial gr?ce ? une publicit? bien orchestr?e, et des moyens financiers tr?s importants.[li]

28Implant de BRANEMARK.?modifi?

29Implants inspir?s de BENHA?M?puis de BRANEMARK

 

4.3.4.Les implants dentaires ? lames

4.3.4.1.  Lames bidirectionnelles

L?onard LINKOW??abandonne les formes d'implants ressemblant aux racines dentaires et constate que la lame est ce qui s'adapte le mieux ? un os non dent?.

30Premiers implants Lames de LINKOW[lii]

31Deuxi?me s?rie en titane d'implant de LINKOWErreur : source de la r?f?rence non trouv?e

 

 

 

 

32Implant Ancre de BIOLOX

33Lame endo-osseuse universelle de TRAMONTE[liii]

Cet implant doit ?tre d?coup? selon les donn?es anatomiques.

34Lame endo-osseuse universlle de et LINKOW[liv]

35Lame endo-osseuse universlle de PASQUALINI?

4.3.4.2.  Lames ? insertion lat?rales

Lo BELLO est le premier ? r?aliser deux tranch?es.

Une tranch?e horizontale suivie d'un percement vertical . Lo BELLO?conserve la paroi verticale de l'os.

L'implant est en deux parties r?unies.

36Implant T3D de? JUILLET. en titane

Jean Marc JUILLET[lv] / [lvi] r?alise un implant d'une seule pi?ce, mais il faut r?aliser deux tranch?es osseuses. L'acte chirurgical condamne beaucoup d'os.

G?rard SCORTECCI[lvii]Erreur : source de la r?f?rence non trouv?e, gr?ce ? un cutter en T, r?alise les deux tranch?es. Le Diskimplant s'ajuste parfaitement dans la tranch?e.

37Cutter de G?rard SCORTECCI en titane (1984)

38Diskimplant de G?rard SCORTECCI en titane(1984)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4.4.        Diverses tentatives

39Les implants endodontiques

40Implant endodontique

En 1960, H ORLAY[lviii] [lix][lx]codifie une technique consistant ? augmenter la longueur radiculaire de la dent et donc ? abaisser son centre de gravit?.

4.4.1.Les Implants ? racine extensibles

En 1961, LEHMANS?cr?e l'implant en arceau.[lxi] / [lxii] / [lxiii] / [lxiv]

Celui-ci est constitu? par un axe en tantale filet? ? l'une de ses extr?mit?s et pr?sente un ?paulement au tiers de sa longueur.

Une bande de tantale d'un millim?tre de largeur, perc? en son milieu et ? ses extr?mit?s est fa?onn? en anneau, de telle sorte que les trous extr?mes se superposent ? l'un des p?les de cet anneau. Le trou du milieu de la bande se trouve ainsi en opposition ? l'autre p?le de l'anneau; il a ?t? form? pour r?aliser un "crev?" filet? au m?me pas que la vis de l'axe.

Enfil? sur cet axe, cet anneau s'appuie sur l'?paulement par ses deux trous superpos?s et le "crev?" est viss? ? l?extr?mit? de l'axe.

 

41Implant extensible de LEHMANS

 

42Implant extensible de LEHMANS

4.4.2.Les Implants aimants

De 1955 ? 1960, des exp?riences originales sont faites avec les implants aimants. P.L DONDEY[lxv] / [lxvi], en France et, BERMAN?aux U.S.A., en collaboration avec G.GINESTET,? placent des aimants dans des logettes intra-osseuses de chaque c?t? de la mandibule. Deux autres aimants sont plac?s dans une proth?se amovible. Cet implant aimant ? l'avantage d'?tre un implant vrai.

43Implant magn?tique selon SANDHAUS

Il s'agit ici de deux implants sub-muqueux plac?s de chaque c?t? de la mandibule et qui utilisent l'attraction magn?tique pour stabiliser la proth?se et l'emp?cher de se mobiliser.[lxvii]

Les plaquettes magn?tiques sont ins?r?s sous la muqueuse qui est ensuite sutur?e.

Deux autres plaquettes plac?es dans la proth?se, jouent le r?le de p?les oppos?s et maintiennent ainsi l'ensemble immobile.

Il n'y a pas communication entre le milieu int?rieur et le milieu ext?rieur. Malheureusement, au bout de quelques temps, nous avons une migration "orthodontique" de l'aimant sous l'action de microforces et tout le travail ? revoir.

 

 

 

 

4.4.3.Les implants muqueux

44Implant muqueux in situ

45Implant muqueux? solidaire de la proth?se

46Implant muqueux de MURATORI[lxviii]

4.4.4.Les Implants transfixiants

47Implant de PALFER-SOLLIER?et CHERCHEVE

 

En 1955, PALFER-SOLLIER[lxix] et CHERCHEVE?d?crivent la transfixion trans-alv?olaire.

Cet implant est compos? de trois ?crous viss?s dans la zone symphysaire et positionn?s apr?s une incision mentonni?re, de trois tiges ?mergeant sur la gencive.

 

4.4.5.Implant mixte

48Implant mixte de SANDHAUS

En 1960,SANDHAUS?r?alise un implant pr?fabriqu? en platine iridi?, compos? d'un pilier extra-gingival mont? sur une ancre sup?riost?e munie de quatre griffes, et plac? dans une logette pr?alablement creus?e dans l'os qui recevra ensuite une barrette et un implant co-axial.

Les parties vestibulaire et? linguale de l'ancre sont pli?es et model?es sur l'os et resserr?es ? l'aide d'une pince sp?cialement con?ue.

L'?l?ment intra-proth?tique est form? d'un t?lescope passant ? travers et exactement sur chaque pivot extra-gingival; les encoches, au nombre de deux, dans la r?gion des canines, re?oivent une proth?se totale.

49Implant mixte de SANDHAUS?modifi? pour de CHERCHEVE

50Implant mixte de SANDHAUS?modifi? pour l'implant de BENHA?M

51Implants lames? de HEINRICH

 

 

Cet implant en tantale comprend quatre ailettes qui sont rabattues sur l'os.

Il arrive que se produisent des gingivites.

4.4.6.Les Implants Type RAMUS

52ROBERTS?RAMUS FRAME

En 1970, Pour ?viter la zone molaire, ROBERTS?utilise un implant endo-osseux? allant de la symphyse aux branches montantes des ramus.

53LINKOW?FIVE-PIECE RAMUS FRAME SYSTEM

54WEISS?RAMUS FRAME ASSEMBLY

 

.

 

5.                CONCLUSIONS

 

Au terme de ce parcours, il est possible de mieux cerner le territoire de l'implantologie est un produit de l'histoire.

Dans son devenir, elle a connu des fortunes diverses depuis les premiers t?tonnement, essais et erreurs effectu?s d?s la pr?histoire jusqu'? nos jours. Sous un d?sordre apparent marqu? par des tentatives isol?es, souvent infructueuses, se fait progressivement jour une m?me intention r?alisante qui s'exprime par des exp?riences tr?s diversifi?es.

Au vingti?me si?cle, l'implantologie se p?n?tre de rationalit? appliqu?e qui conf?re aux d?marches des chercheurs un cadre exp?rimental et th?orique d'une port?e heuristique? incontestable. Cette avanc?e a eu pour effet d'?radiquer les mentalit?s na?ves qui ont cru en l'av?nement d'un implant miracle, sorte de "gri-gri" promu fallacieusement au rang de panac?e sur le plan de l'illusion.

D?sormais, en ce domaine comme dans d'autres sciences, les travaux ne s'effectuent plus au hasard mais suivant des exigences m?thodologiques d'apr?s lesquelles "le fait sugg?re l'id?e, l'id?e dirige l'exp?rience et l'exp?rience juge l'id?e" comme l'?nonce Claude BERNARD?dans son Introduction ? la M?decine exp?rimentale". Dans la mise en oeuvre de ses proc?dures, l'implantologie est bien elle aussi une m?decine exp?rimentale, c'est-?-dire une recherche rationnelle o? s'affrontent et coop?rent dans une finalit? th?rapeutique, exp?rience et th?orie. De plus, elle b?n?ficie du concours que lui apportent d'autres disciplines m?dico-scientifiques telles que l'anatomie, la parodontologie, l'occlusodontie et la proth?se.

Les nombreux chercheurs contemporains mentionn?s dans la derni?re articulation de cette ?tude t?moignent par leur travaux de la vitalit? de l'implantologie contemporaine. Aujourd'hui, la cr?ation d'implants nouveaux, sans cesse mieux adapt?s aux besoins particuliers de chaque patient, r?sulte de la mise en oeuvre de cette m?thodologie rigoureusement scientifique ?labor?e d?s la fin du dix neuvi?me si?cle, perfectionn? au d?but du vingti?me avec ce que BACHELARD?appelle le "Nouvel Esprit Scientifique" , pour tirer ensuite parti dans la seconde moiti? de ce si?cle des travaux d'une seconde R?volution scientifique que Michel SERRES?a baptis?e "Nouveau Nouvel Esprit Scientifique". Par le moyen de ce que ces mutations de pens?e ont apport? ? la recherche scientifique, s'exercent d?sormais les capacit?s inventives et novatrices des ?quipes qui tentent aujourd'hui de promouvoir les futures d?marches de l'Implantologie de demain.

??

 

 

 

55Progr?s de Lyon

 

 

Retour Menu

 

ABULCASIS................................................. 4

ANDREWS.................................................. 4

BACHELARD......................................... 1, 76

BELL......................................................... 15

BELLO....................................................... 20

BENHA?M.................................. 62, 63, 65, 74

BERMAN.............................................. 20, 71

BERNARD Claude...................................... 76

BERNT........................................................ 6

BERR........................................................ 15

BONWILL................................................... 15

BORDRON................................................. 62

BORDRON ................................................ 62

BORGHESIO.............................................. 21

BOURDET .................................................. 6

BRANEMARK....................................... 64, 65

BRICKE..................................................... 16

BROWN ...................................................... 3

BUNON....................................................... 6

CHERCHEVE................. 24, 25, 37, 54, 73, 74

COPERNIC.................................................. 1

D'EWARDT................................................ 15

DAG.......................................................... 16

DAG ......................................................... 16

DAHL................................................... 19, 20

de CARTILLO............................................... 5

DESCARTES............................................... 1

DONDEY................................................... 71

DUPONT..................................................... 5

DUVAL........................................................ 6

FAUCHARD............................................. 5, 6

FENDALL.................................................... 6

FERREOL.................................................. 22

FLOHR................................................. 22, 56

FORMIGGINI.............................................. 26

FOX............................................................ 7

FRANTZEN................................................ 15

FREDEL ..................................................... 7

GAILLARDOT............................................... 3

GALIEN....................................................... 4

GARBACCIO.............................................. 54

GARDETTE................................................. 7

GERSHKOFF............................................. 20

GINESTET............................................ 61, 71

GOLDBERG............................................... 20

GREENFIELD............................................ 17

GREENFIELDS..................................... 18, 62

GUYON....................................................... 5

HARRIS..................................................... 15

HAUSMAN................................................. 15

HEIDEGER.................................................. 1

HEINRICH.................................. 38, 39, 56, 74

HEINRICH ................................................. 38

HELD........................................................ 16

HENTZE.................................................... 16

HERMANN................................................... 5

HILLISCHER............................................... 15

HILLISHER ................................................ 15

HIPPOCRATE.............................................. 4

HUNTER...................................................... 6

JEANNERET................................................ 4

JUILLET..................................................... 68

JULLION...................................................... 6

LAFORGUE................................................. 7

LAPLACE.................................................... 2

LECLUSE.................................................... 6

LEDAIN....................................................... 6

LEGER DOREZ.................................... 17, 18

LEHMANS............................................ 70, 71

LEMAIRE..................................................... 6

LEW.......................................................... 20

LEWIS....................................................... 15

LINKOW......................... 25, 38, 65, 66, 67, 75

Lo BELLO ................................................. 68

MAGGIOLO................................................. 7

MAGITOT..................................................... 7

MAHE......................................................... 7

MARTIN DU GRADY................................... 22

MARTIN DU GRADY .................................. 22

MARZIANI.................................................. 21

MEISSNER........................................... 16, 18

MOUTON..................................................... 6

MURATORI....................................... 6, 37, 72

NEWTON..................................................... 1

NORMANSEL.............................................. 6

ORLAY...................................................... 70

P.PFAFT..................................................... 6

PALFER-SOLLIER...................................... 73

PARE.......................................................... 5

PASQUALINI.............................................. 68

PAYNE...................................................... 16

PELLETIER................................................ 23

PERON ANDRES....................................... 38

RENAN........................................................ 3

RIOLON....................................................... 5

ROBERTS.................................................. 75

ROUX.......................................................... 6

SABRAS MAGITTO.................................... 23

SALAGARAY............................................. 23

SANDHAUS........ 4, 5, 7, 15, 16, 58, 71, 73, 74

SCHEARMMER........................................... 5

SCHNEIDER.............................................. 18

SCIALOM .................................................. 61

SCORTECCI ........................................ 68, 69

SERRES.................................................... 76

SOL........................................................... 23

STROCK.............................................. 16, 17

TEXIER...................................................... 59

TRAMONTE.......................................... 56, 67

VALLOIS..................................................... 2

VAN DER GHINST...................................... 18

WAISSER.................................................. 15

WEISS....................................................... 75

WUHRMANN........................................ 16, 18

YOUNGER................................................... 7

ZNAMENSKI.............................................. 15

?AREAL..................................................... 20

?LINKOW ................................................... 25

?VALLOIS.................................................... 3


 



[i]??? ZLOTZISTY (Pascal). Application du syst?me DENAR en chirurgie implantaire. Dipl?me association universitaire d?Anatomie et d?Implantologie Lyon. Laboratoire d'anatomie du professeur Andr? MORIN, Universit? Claude Bernard. page 44-47 .1991

[ii]?????????? L'introduction des datations absolues bas?es sur la d?sint?gration des radio?l?ments a entra?n? l'adoption d'une ?chelle ayant pour origine l'ann?e 1950 et appel?e before present (B.P.). Cette ?chelle remplace de plus en plus celle utilis?e ant?rieurement et partant de l'?re chr?tienne (avant J.C.).

????  

[iii]?? VALLOIS Henri V.. Le cr?ne troph?e Capsien de Faid Souar II. Fouilles Laplace 1964?? Anthropologie, 1971, 75, n?34, pp.206-208

[iv]?? DECHEAUME (Michel), HUART (Pierre). Histoire illustr?e de l'art dentaire. Stomatologie et odontologie. Paris. Editions Roger Dacosta, 1977, 620p., iII

[v]??? GAILLARDOT IN RENAN (E) Mission de Ph?nicie. Paris, 1864. I, pp.47-2-73

[vi]????????? CABANES? Dents et dentistes ? travers l?histoire Laboratoire BOTTU ?diteurs 102 pages1928

[vii]?? ALBUCASSIS ? La chirurgie arabe et latine? Cura Johanis channing clarandon - Press Oxford 1778 (traduction Leclerc) Editeur E Leroux Paris 1861

[viii]? PARE Ambroise ? Oeuvres compl?tes.Gbuon Editeur Paris 1575

[ix]?? FAUCHARD (Pierre). Le Chirurgien Dentiste ou trait? des dents. Reproduction fac simil? Paris, Julien Pr?lat, 1961, Tome 1, p.496, iII

[x]?????????? LECLUSE Eclaircissement essentiels pour parvenir ? pr?server les dents.

[xi]?? HUNTER (John). Natural History of the Teeth, Londres, 1778

[xii]????????? LAFORGUE L Th?orie et pratique de l?art dentaire. L?art du dentiste ou manuel des op?rations qui se pratiquent sur les dents, et de tout ce que les dentistes font des dents artificielles, obturateurs et palais artificiels. 396 pages, 16 planches de gravures, AN X, 1802 pp 113

[xiii]? CHAIX (Jean-Pierre). L'implantologie "organique" et l'op?ration de "Magitot". Bilan actuel. Etude technique et bibliographie (244 r?f?rences suivies de dix observations personnelles) : 232, iII. (Th?se Chir. Dent.), Lyon,1975, 449

[xiv]? FREDEL L.?De la greffe dentaire au point de vue historique et exp?rimental?. Travail du laboratoire d?histologie normale de l?Universit? de Gen?ve.1896

[xv]?? MAHE G Greffe dentaire - Dentisterie op?ratoire Gaillard et Noqu?, 1914

[xvi]? MAHE G R?implantation, transplantation, implantation 5Archives de Stomatologie de septembre 1911 ? f?vrier 1912)

[xvii]? FRANCK Osterreichosch-Ungarische Vierteljahrsschrift f?r Zahnheilkunde,1891

[xviii]??????? HILLISHER Deutsche Monatsschrift f?r Zahnheilkunde, Aout 1891

[xix]? STROCK A.E. and STROCK M.S. Further studies on the implantion of inert metals for tooth replacement Alpha Omega, pp.107-110, 1949

[xx]?? STROCK A.E. "Experimental Work on a method for the Replacement of missing Teeth by the direct Implantation of a Metal Support into the alveolus", American Journal of Orthodontics and Oral Surgery 25 (1939) : pp.467-72

[xxi]? STROCK A.E. and STROCK M.S. Method of Reinforcing Pulpless Anterior Teeth-Preliminary Report. Journal of Oral Surgery, I : pp.252-255, July, 1943

[xxii]? SCORTECCI (G?rard). Incidences Paradontales et Occlusales des Implants ? lame Linkow : leur contention : 60 F., iLL. (Th?se Chir. Dent.), Marseille

[xxiii] GREENFIELD J. "Implantations of artificial crown and bridge abutements, Dent Cosmos pp.364-430, 1913

[xxiv] EDWARD J GREENFIEFD Le laboratoire et progr?s dentaire r?unis-?  une racine artificielle ? 15 janvier 1911, p37-38

[xxv]???????? LEGER-DOREZ? H Trait? de proth?se dentaire Ouvrage illustr? de 1150 figures pr?face de CASTAIGNE Editeurs ASH et Sons 1920 pagess691-699

[xxvi] FILDERMAN (Max). Revue Odontologique, mai 1931

[xxvii] BOYE (Georges) Implantologie dentaire clinique en omnipratique premi?re partie :1981-1986: 35pages Probatoire pour le dipl?me universitaire d?anatomie appliqu?e ? l?implantologie? Universit? claude BERNARD, laboratoire du professeur MORIN 1996.

????  

[xxviii] AMALFI (Riccardo David) Techniques de chirurgie implantaire dans les cas de support anatomique osseux insuffisant Dipl?me association universtaire d?Anatomie et d?Implantologie Lyon. Laboratoire d'anatomie du professeur Andr? Morin, Universit? Claude Bernard..1991

????  

[xxix] PELLETIER (Maurice). Implants Sous p?riost?s en odontostomatologie Julien Pr?lat, 1960 p.15

[xxx]? FERREOL (Pierre). Contribution ? l'appr?ciation des r?sultats cliniques en implantologie Orale. Etude par une m?thode personnelle d'?valuation comportant quatre indices et un diagramme de 190 cas r?alis?s selon diverses techniques. 107 F, iII (Th?se de Chir. Dent.), Lyon, 1973, 050

[xxxi] DAHL G.S.A. "Subperiostal Implants and Superplants" Dental Abstracts 2 (1957), 685

[xxxii] GERSHKOFF A., GOLDBERG N.I. Implant Dentures. Philadelphie, J.B. Lippincott, 1957

[xxxiii] LEW (I) Study of Edentulous Mandibles in Implant Procedures ( Journal Implant Dentistry,5:42,mai 1959, Abstracts.

[xxxiv] LEW (I) ? Case Histories and Reports: Upper and Lower Implant Dentures- Fixationwith Surgical ProstheticSplint? Journal of Implant dentistry, 11:920-24 1961.

[xxxv] LEW (I) ?Full Upper and Lower Denture Implant? Dental Concepts 4,:17, 1952.

[xxxvi] BELLO (Benjamin Viera). Ponte Movel Acrilica E M Mandibula Destentada. Ponte Movel Implantogingival Acrilica, Revista de Farmacia e Odontologia, n?291/2, 1965, Br?sil

[xxxvii]?????? MARZIANI L ? L?implantologie au tantale - Pfeuillets 1308-1309, 1961

[xxxviii]????? FLOHR (W) ?De la possibilit? d?implants au niveau de la face? (Revue Fran?aise d?Odonto-stomatologie)

[xxxix] LINKOW L. Evolutionary Design Trends in the Mandibular Sobperiosteal Implant. The Journal of Oral Implantology, 1984, 11, n?3, pp.402-438

[xl]?? CHERCHEVE R. Les Implants endo-osseux, Paris, 1962, Librairie Maloine

[xli]?? FORMIGGINI Implant alloplastiques endo-osseux ? spirale m?tallique. Revue suisse d'odontologie, n?10, 1958

[xlii]? FORMIGGINI (M.S) ?M?thode personnelle pour les implants alloplastiques endo-osseux ? l?aide de vis m?talliques ? spirales?- Revue mensuelle Suisse d?Odontologie, n?10,pp.906,1958.

[xliii]? HEINRICH (Benedict). "Atlas des techniques Implantaires Endo-osseuses" Europa?sche Akademie f?r Orale Implantologie Bremen : Techniques op?ratoires, indications et contre-indications, Vis h?lico?dale en Tantale, lame stabilis?e, Implants aiguilles, fixation transradiculaire, transfixation, Implants Biologiques, Implants sous p?riost?s. Bremen Europa?sche Akademie f?r Orale Implantologie, p.59, iII

[xliv]? CHERCHEVE M., CHERCHEVE R. L'implant Cr?te Mince. Information dentaire, 1967, 6, pp.23-28

[xlv]? GRAFELMAN H.L., PASQUALINI U.,? GARBACCIO D., Das selbstschneidende biocortical abgestutzte Schraubimplantat Biomechanisches Prinzip, chirurgische Technik und Klinische Resultate. Sonderdruck Orale Implantologie Deutschen Gesellschaft f?r Zahnarzliche Implantologie

[xlvi]? GARBACCIO D. Vite autofilletante biocorticale. Rivista Europea di Implantologia. 1984, 2, 99.29-34

[xlvii] TRAMONTE S. Implantologie Endo-osseuse, Information dentaire, 1966, pp.798-801

[xlviii] TRAMONTE (Stephano M.) La vite autofiletante, The self taping screw, la vis autofilet?e. Milano, Editore Tramonte, p.55

[xlix]? TEXIER J. Imp?ratifs physiologiques et m?caniques pour le dessin d'un nouvel implant (l'implant Bicortex). Information Dentaire n?21, 1986

[l]??? BENHA?M (Lucien) ?L?implant tubulaire? Revue Fran?aise d?Odontol-stomatologie.1961.

[li]??? JAMES R., ALTMAN A., CLEM D., LOZADA J. : Branemark "fixtures fail to meet recommendations of Harward Implant Consensur Conf?rence, Implantologiste. The international Journal of Oral Implantology, vol. N?3, 1986.

[lii]?? LINKOW (L?onard I). Dental Implants. For the millions who suffer with removable dentures, bridges or loose missing teeth, Dental Implants can make your life wonderful again!, Psychologically, Physically, Professionally, socially. New-York, Robert Speller & Sons, 1983, p.231, iII

[liii]?? TRAMONTE S. Lama mentonniera sp?ciale. Riviste Europea di implatologia, 1963, 3, pp.33-40

[liv]?? HJ?RTINGHANSEN (Erick). Studies on implantologie. Revue odontoimplantologie bone in cystic jaw lesions. Copenhagen, Munksgaard, 1970, p3198, iII

[lv]?? JUILLET J.M. Cent cas. Revue odonto implantologie, 1970, 34, p.42

[lvi]?? JUILLET J.M. Implant tridimensionnel, technique et avantage. Information Dentaire, 1974, 43, pp.35-40

[lvii]? SCORTECCI G. Le Diskimplant. Implantologie Orale, 1984, 16, pp.26-34

[lviii]? ORLAY H.G. Endodontic Splinting Treatement in Periodontal, Disease. British dental Journal pp.118-121, Feb2. 1960

[lix]?? ORLAY H.G. ?Splinting with Endontic Implant Stabilizers? Dental Practice 14:481-98 1964.

[lx]?? ORLAY (H G) ?Endodontic Implant? Journal of Oral Implant Transplant Surgery 11:481-98 1964

[lxi]?? LEHMANS (Jean). Prhoth?se sur implants endo-osseux et sur piliers naturels / Proth?se verrouill?e Maloine, 1962. P.123, iII

[lxii]? LEHMANS (Jean). Implants ? arceaux endo-osseux. Revue Odonto-stomatologique. 1961

[lxiii]? LEHMANS (Jean). R?sultat de trois ann?es d'exp?rimentations des implants en-osseux. Revue OdontoStomatologique 1961

[lxiv]? LEHMANS (Jean). Les implants endo-osseux ? anneau extensible, Revue de Stomatologie, n?1, 1960.

[lxv]? DONDEY P.L. Implants en or associ?s ? des aimants. Revue Fran?aise d'Odontostomatologie. 1961, 11, n?9, pp.166-769

[lxvi]? DONDEY P.L. Implants magn?tiques. Information dentaire, 1955, 20, pp 905

[lxvii] RUSPA F. Aimants ? attraction et aimants ? r?pulsion employ?s comme moyen de fixation dans la proth?se totale. Information Dentaire. 1957, 9, pp.312

[lxviii] EVASIC R. Intramucosal Implants : A Review of Concepts and technichs Single Inserts as Tandem Denserts. The Journal of Prosthetic Dendistry, 1983, 49, n?5, pp695-701

[lxix]? PALFER-SOLLIER ? Les th?rapeutiques pr?- et post-op?ratoires appliqu?s ? l?implantologie?. R.F.O.S.n?3, pp.1208,1965.

 

 

???????  

ANATOMIE IMPLANTOLOGIE
Diplôme Universitaire
anatomieimplantologie.com